Guerilla gardening france
Guérilla gardening France | 38 / Grenoble : Les Jardins d’Utopie Menacés
- Guérilla gardening france welcome

www.guerilla-gardening-france.fr

38 / Grenoble : Les Jardins d’Utopie Menacés

Août 2014

Je suis allé quelques jours à la ZAD des jardins d’Utopie à l’occasion de l’appel à soutien du 9 août 2014. J’ai pu y découvrir leurs jardins installés sans autorisation au milieu de l’Université « de prestige » de Grenoble depuis 8 ans. La menace de devoir payer une amende (200€) ainsi que les frais de remise en état du site (jardin ➝ gazon d’origine) qui vole au dessus de la tête de deux des jardiniers Utopistes pour «occupation abusive et dégradation de l’espace public» a motivé plus qu’autre chose à jardiner ! De plus, assimiler l’entretien d’un jardin potager à une dégradation est un non-sens. Ils se disent prêt à parlementer avec la direction de l’université si les peines sont suspendues.

Différents événements ont été organisé pour occuper les lieux : concerts, pique-niques, jardinage, concerts, constructions diverses, ateliers-débats… Nous avons pu parler de nombreux sujets passionnants et notamment sur comment s’organiser pour préserver ces jardins d’utopies qui s’essaiment un peu partout. Je souhaite une très longue vie aux jardins d’Utopies et leur épanouissement sur encore des mètres carrés et des hectares des terrains délaissés de l’université !

N’hésitez pas à les soutenir et à les rejoindre !

 

–› Leur blog
–› Article dédié au jardin sur le site GGFrance
–› ici sur la carte GGFrance

 2014aout-jardindutopiesgrenoble-greenguerrilla 2014aout-jardindutopiesgrenoble-greenguerrilla1

2014aout-jardindutopiesgrenoble-greenguerrilla2

2014aout-jardindutopiesgrenoble-greenguerrilla3

2014aout-jardindutopiesgrenoble-greenguerrilla4

 

 

 

 

Juillet 2014

ob_1e7d1d_dessin-dqfdLes Jardins d’Utopie, c’est un potager autogéré installé depuis huit ans sur le campus de l’université de Grenoble. Nous y faisons pousser des fleurs et des légumes, sans pétrole et sans produits chimiques, avec les mains (douces…). LES DOUX DINGUES !!! C’est donc un potager public sur un espace public : ni parcelles privatives ni rapports marchands, chacun vient cultiver ou récolter ce dont il a besoin. C’est, plus largement, un espace des possibles, un lieu d’expérimentation et de construction politique.

Malheureusement, cette joyeuse initiative a un ennemi de taille : la direction des universités elle-même, qui trouve qu’ « un jardin c’est joli l’été, mais l’hiver ça perd ses feuilles ». Le plan d’urbanisation Campus 2025, c’est le plan de bataille du PRES (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur, organe réunissant les universités grenobloises et des chefs d’entreprises) pour devenir l’université la plus innovante du moooonde. Or, les Jardins d’Utopie ne correspondent pas à l’image que les investisseurs attendent. Le PRES veut donc tout détruire pour mettre à la place une « esplanade conviviale à dominante verte ». On croît rêver.

Pour imposer leur convivialité, ils nous attaquent en justice au tribunal administratif, pour dégradation de l’espace public. Avec l’appui du préfet, ils ont fini par gagner un procès après avoir perdu le premier. A partir du 10 août, ils auront donc les pleins pouvoirs pour détruire à coup de bulldozers et de forces publiques, les fruits de huit années de joie, de subversion, de squat, et de culture potagère autogérée.

Nous ne les laisserons pas détruire les Jardins d’Utopie. Un jardin se construit sur la durée et on ne déménage pas des légumes et des arbres fruitiers. De plus, ces jardins ont été créés en 2006 pendant les mouvements anti-CPE, c’est donc un lieu d’histoire et de mémoire des luttes. Si les parcelles actuelles sont détruites par la force, nous les replanterons, encore plus grandes, encore plus visibles et encore plus joyeuses !!!

Les Jardins d’Utopie sont donc définitivement une Zone A Défendre, une ZAD politique et potagère, un espace libéré des contraintes capitalistes et urbanistiques et qui le restera seulement si nous sommes nombreuses et nombreux le jour où les pelleteuses se pointeront.

Nous appelons donc toutes les bonnes volontés à venir camper à notre université d’été, sur les Jardins d’Utopie, à partir du samedi 9 août. Le but est d’imaginer et de construire l’avenir des jardins. Ce sera l’occasion également de faire convergence des luttes, que ce soit contre le TAFTA, contre le fascisme, pour les intermittents, les cheminots, les logements, la loi Fioraso… Nous maintiendrons le campement jusqu’à ce que le PRES admette l’existence des Jardins d’Utopie à leur emplacement actuel et annule les poursuites judiciaires.

 

 

Comment aider les jardins d’utopie ?

  1. Rejoignez l’université d’été à partir du samedi 9 août ! 

Proposez vos idées d’ateliers et préparez le matos dont vous avez besoin : vannerie, bon plans, tricot, droit du travail, batucada, bêchage, cuisine tchécoslovaque, bougies, illégalisme, plantes comestibles sauvages…

Apportez de quoi dormir (tentes, couvertures, bâches), de quoi bricoler (planches, clous, scies), de quoi jardiner (outils, graines), de quoi manger et cuisiner, des bidons plastiques pour l’eau, des couvertures…

  1. Ecrivez et téléphonez au « directeur de l’aménagement durable » du campus (envoyez-nous une copie des textes) :

Adresse postale : Jean-François Vaillant – Direction de l’aménagement durable – 141 rue de la piscine BP 86 – 38 402 Saint Martin d’Hères cedex

Téléphone : 04 76 82 40 55 – Email : amenagement.durable@grenoble-univ.fr

  1. Ecrivez et téléphonez aux mairies de Saint-Martin-d’Hères, Gières et Grenoble (voir bottin et internet)

  2. Suivez régulièrement la situation sur Indymedia et le blog des jardins. Envoyez-nous votre contact téléphonique pour être prévenu si les pelleteuses menacent le jardin.

  3. Diffusez cet appel dans vos réseaux

  4. Faites des jardins !

Plus d’info : http://jardins-utopie.overblog.com et http://grenoble.indymedia.org

Contact : jardins-utopie@gresille.org

Jardinage collectif tous les mercredis à partir de 16h (Tram B et C, arrêt bibliothèque universitaire, devant la bibliothèque droit et lettre) puis campement à partir du 10 août.

 

 

Tract :

2014 tract les jardins d'utopie grenoble

 

–› Leur blog
–›  Sur ZADnadir
–› sur la carte GGFrance

 

 

 

 

 

 

Campement de résistance sur les Jardins d’Utopie

écrit le 03/08/2014, actualisé le 08/08/2014

Depuis le mouvement contre le CPE en 2006, un espace reste occupé sur le campus par… un jardin potager. A l’origine de celui-ci, une idée folle : celle de l’autonomie alimentaire, d’une agriculture vivrière sans pesticides ni engrais chimiques. Depuis, les jardins ont été maintes fois menacés de destruction par la direction des universités et sauvés par la lutte collective.

En 2008, un campement déterminé protège les cultures, empêchant leur destruction. Motif du projet de tout ratiboiser : les germes de « l’opération Campus ». Grenoble, devenue une fac à vocation internationale, ne peut alors plus tolérer le moindre épi de travers pour cause de visites ministérielles probables.

En novembre 2011, l’une des parcelles est rasée, dammée au Bulldozer, et fraîchement semée de gazon neuf. Explication officielle :« un jardin, en été c’est joli, mais en hiver, ça faisait vraiment dégueulasse ! » C’est sans compter sur la culture de résistance qui anime les jardinier-e-s et sympathisant-e-s de cet îlot agricole : on y replantera de plus belle, fruitiers, céréales, tubercules, et les futures récoltes donneront lieu à un festival : «  récolte ton campus ! ».

Fin 2013, rebelote : le PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur) voudrait imposer en lieu et place du potager une « esplanade de la convivialité verte ». Les jardins ont reçu la visite d’huissiers et de la police dressant un procès verbal aussi hilarant que déconcertant : « constatons la présence de légumes poussant en pleine terre (…) ayant provoqué la disparition de la pelouse en gazon »…

Après un premier procès perdu en janvier dernier, les universités ont attaqué à nouveau, et deux jardinier-e-s ont été condamné-e-s à des amendes et à détruire les jardins à leurs frais, jugement qui prend effet le 10 août.

Une journée festive est organisée le samedi 9 août sur les jardins pour demander la suspension de ces peines. Dans la foulée, une université d’été aura lieu sous la forme d’un campement à partir du 10 août. L’objectif est d’imaginer et de débattre de l’avenir des jardins, de rencontrer et d’échanger avec différentes organisations en lutte sur des sujets proches ou parallèles.

Lieu : Jardins d’Utopie, devant la bibliothèque de droit/lettre, arrêt bibliothèque universitaire, tram B/C.

Plus d’infos sur le blog des Jardins d’Utopie

 

 

 

 

 

 

 

Affiche d’un ancien rendez vous au jardin :

secateur-1c207

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

:RDV: *°°°* :ici: :*: :OK: :f: :home: :gg: :dead: :guerre: :s :good: ^^ ;D :D :) :( :/ 8) :0 :angel: :evil: ➝ more »